5 min
5 min

“La société du concours consacre l’élu, le technocrate, l’expert et le conseiller du prince”

Paré de vertus républicaines et démocratiques, le concours génère pourtant ses effets pervers. Scrutant le revers de la médaille dans son ouvrage La Société du concours, la sociologue Annabelle Allouch, chercheuse associée à Sciences Po et maître de conférences à l’université de Picardie-Jules Verne, s’attache à montrer à quel point ce mode de recrutement des élites, plébiscité dans le monde entier, “favorise la reproduction sociale”. Elle invite à “en finir avec l’obsession du concours”. Extrai...

Prolongez

votre lecture !

Profiter gratuitement des articles du jour

Profitez d'un accès illimité à tous nos articles

Abonnez-vous

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×