Partager

2 min
2 min

Des prestations d’action sociale interministérielles vont être revalorisées

La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, vient d’annoncer une nouvelle bonification pour les agents de l’État bénéficiaires de chèques-vacances, mais également une revalorisation de l’aide à l’installation des personnels (AIP).

La réunion du CSFPE du mardi 29 juin au cours de laquelle Amélie de Montchalin a annoncé plusieurs mesures sur l’action sociale interministérielle.

Les revendications syndicales ont cette fois-ci été entendues. Le gouvernement Castex va prochainement mettre en place une série de mesures pour améliorer l’action sociale interministérielle (AIS) des agents de l’État. La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, en a fait l’annonce mardi 29 juin, lors du Conseil supérieur de la fonction publique d’État (CSFPE) qui était chargé d’examiner le projet de décret fixant les modalités de la prise en charge partielle de la complémentaire santé des agents de l’État. Une prise en charge à hauteur de 15 euros par mois par agent à compter de 2022. 

La ministre répondait ainsi au courrier que les syndicats de l’État lui avaient adressé le 17 juin dernier, où ils alertaient sur la sous-consommation “chronique” du budget dévolu chaque année aux prestations d’action sociale interministérielle (de l’ordre de 9 millions d’euros cette année sur un budget total de 133 millions d’euros). Un courrier signé par la CGT, la CFDT, FO, l’Unsa, la FSU, Solidaires et la CFE-CGC. 

200 euros supplémentaires pour la tranche de base 

Devant les syndicats, ce mardi 29 juin, Amélie de Montchalin a donc annoncé une nouvelle bonification de 60 euros pour les bénéficiaires de chèques-vacances au sein de la fonction publique, soit plus de 100 000 agents. En 2020 déjà, dans le cadre de la crise sanitaire, une bonification complémentaire de 100 euros leur avait exceptionnellement été attribuée. 

Autre annonce de la ministre : la revalorisation de l’aide à l’installation des personnels de l’État (AIP). D’un montant de 500 euros actuellement, la tranche de base passera ainsi à 700 euros. Applicable aux territoires situés en zones “QPV” (quartiers prioritaires de la politique de la ville), la seconde tranche de l’AIP passe quant à elle de 900 à 1 500 euros. À noter aussi que les contractuels pourront également bénéficier de cette aide financière, à condition toutefois que leur contrat soit d’une durée supérieure à un an. 

Attractivité et visibilité des prestations en question 

Le chantier ne s’arrêtera pas là pour autant. Une réflexion à plus long cours est ainsi prévue dans les prochains mois sur les autres facettes de l’action sociale interministérielle (logement, restauration, garde d’enfants…). 

“Nous nous satisfaisons des annonces faites par le gouvernement mais elles doivent désormais être pérennisées dans les prochains budgets”, réagit Luc Farré, de l’Unsa. “Il est urgent de se pencher sur les attentes et les besoins mêmes des agents en matière d’action sociale interministérielle tout comme sur la question de la visibilité et de l’attractivité des prestations”, ajoute Mylène Jacquot, de la CFDT. Elle rejoint ainsi les recommandations d’un récent rapport parlementaire qui vient de pousser à la modernisation de cette action sociale interministérielle. 

Dans ce rapport, réalisé dans le cadre du Printemps de l’évaluation et publié début juin, le député LREM Éric Alauzet appelait à “renforcer” la visibilité et l’évaluation des dispositifs interministériels. Il y préconisait également une “meilleure articulation” avec l’action sociale ministérielle. Une manière selon lui de répondre à la “problématique du non-recours au droit”.  

Les dernières actualités

Partager cet article

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×