5 min
5 min

Benjamin Morel : “Le projet de loi constitutionnelle affaiblit et confisque l’initiative parlementaire”

Pour Benjamin Morel, docteur en sciences politiques à l’ENS Paris-Saclay, le projet de loi constitutionnelle transmis au Conseil d’Etat restreint sensiblement les pouvoirs du Parlement au profit de l’exécutif. C’est un « véritable paradoxe » avec l’objectif affiché par l’exécutif de donner plus de moyens d’action aux parlementaires, estime-t-il.

Prolongez

votre lecture !

Profiter gratuitement des articles du jour

Profitez d'un accès illimité à tous nos articles

Abonnez-vous

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×