Club Performance publique

Partager

Deloitte, avec ses équipes de conseil au secteur public, est un acteur engagé dans la réforme de l’État à travers de nombreuses missions d’audits de modernisation, de revues générales des politiques publiques et d’élaboration de plan de transformation.

2 min

Baromètre des acteurs financiers du secteur public 2019

Transformation numérique, priorités, attractivité…Les directeurs financiers expriment leurs attentes
 

La transformation numérique imprègne largement les résultats de notre quatrième baromètre sur la transformation de la fonction financière, une enquête nationale réalisée par l’Ifop pour Acteurs publics Études, Deloitte et la direction du budget, apportant un regard exclusif sur cette fonction stratégique.
Sujet de préoccupation numéro  1 avec la gouvernance et le positionnement de la fonction, le numérique doit, selon les acteurs financiers, faire l’objet d’une attention particulière, désormais bien devant l’efficience de la fonction ou la gestion pluriannuelle.

Positionnement stratégique de la fonction finance

Il apparaît que la dématérialisation reste de loin le projet le plus envisagé par les directeurs financiers, devant la signature électronique et la digitalisation des pratiques. À l’inverse, l’automatisation robotique des processus, l’intelligence artificielle et la blockchain sont envisagées par moins d’un quart des personnes interrogées.
Sans surprise, l’ensemble des acteurs financiers souhaite que la fonction finance soit davantage impliquée dans les décisions stratégiques de la structure (91 %). Comparativement, plus des deux tiers des acteurs des fonctions support et métier estiment que ce niveau d’implication est fort (71 %). À l’instar de l’année passée, seule la moitié des acteurs financiers déclare être satisfaite du niveau d’adéquation des compétences et des profils avec leurs besoins actuels et futurs (53 %). Dans les années à venir, les compétences techniques restent le premier prérequis aux yeux de ces interviewés (70 %), devant la maîtrise du SI finance (49 % contre 46 % en 2018), tandis que la gestion de projet chute à la cinquième position (45 %, - 14 points en un an).

Comme en 2018, les acteurs financiers perçoivent leur fonction comme peu attractive au sein de la structure (seuls 32 % jugent forte son  attractivité,  soit 2 points de moins par rapport à 2018), alors que plus des deux tiers des interviewés exerçant des fonctions  métier  et support affirment, au contraire, en avoir une bonne image (68 %).
Pour améliorer cette attractivité, les acteurs financiers misent avant tout sur le développement des compétences (60 %), puis sur une meilleure rémunération (54 %) et sur l’amélioration de l’image de la fonction (41%). La rénovation de l’environnement de travail (21 %) et le plan de mobilité interne et/ou externe (20 %) sont comparativement moins prioritaires.

Méthodologie

L’enquête a été menée en ligne par l’Ifop auprès de 459 acteurs financiers et métiers, du 18 avril au 3 juin 2019. 206 interviewés relèvent de la fonction « finance », 253 appartiennent à d’autres fonctions.
Profil des répondants appartenant à la fonction finance : administrations centrales et services déconcentrés (41 %), établissements publics (27 %), collectivités territoriales (23 %), organismes de droit privé exerçant une activité de droit public (4 %), autres (5 %). Montant du budget géré : de 0 à 20 millions d’euros (32 %), de 21 à 50 millions d’euros (15 %), de 51 à 200 millions d’euros (24 %), plus de 201 millions d’euros (29 %).

Vidéos associées

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×