2 min
2 min

Le phénomène de radicalisation dans les services publics reste marginal, selon un rapport

Malgré quelques “zones d’ombre”, la radicalisation demeure, dans les services publics, un phénomène limité et contrôlé, expliquent les députés Éric Diard (LR) et Éric Poulliat dans un rapport dévoilé mercredi 26 juin. Ils formulent une série de recommandations pour renforcer les acteurs publics dans leur lutte contre la radicalisation de leurs agents comme du public. 

Prolongez

votre lecture !

Profiter gratuitement des articles du jour

Profitez d'un accès illimité à tous nos articles

Abonnez-vous

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×