Partager

2 min
2 min

La Corée du Sud inflige une forte amende à Google

L’autorité en charge de la concurrence en Corée du Sud a condamné le géant américain à une amende de près de 180 millions de dollars – quelque 150 millions d‘euros – pour abus de position dominante sur le marché des applications mobiles et des systèmes d’exploitation.

La capitale sud-coréenne, Séoul.

Dans un contexte de domination du marché des applications en ligne par Google et Apple, la Corée du Sud, douzième puissance économique mondiale et leader dans le secteur des nouvelles technologies, tente de réguler les géants du numérique.

La commission coréenne en charge de la concurrence (KFTC) a condamné le géant américain, Google à une amende de 176,8 millions de dollars (149 millions d’euros) pour abus de position dominante sur le marché des applications mobiles et des systèmes d’exploitation, et lui a ordonné de prendre des mesures rectificatives.

Les deux géants américains sont sous le feu des critiques pour avoir prélevé jusqu’à 30 % de commissions sur les ventes d’applications.

Des innovations entravées 

La KFTC enquête depuis 2016 sur Google, accusé d’avoir empêché les fabricants locaux de smartphones de développer le système d’exploitation Android. Elle a jugé que Google avait entravé la concurrence sur le marché en vertu d’un accord empêchant les fabricants de smartphones d’installer des versions modifiées d’Android sur leurs appareils.

“À cause de cela, les fabricants de smartphones n’ont pas pu lancer de produits innovants avec de nouveaux services”, a estimé la KFTC dans un communiqué. “En conséquence, Google a pu renforcer sa position dominante sur le marché des systèmes d’exploitation mobiles.” 

De son côté, Google a soutenu que les commissions facturées par le Play Store sont la norme dans ce secteur, alléguant qu’elles permettent de compenser le coût lié à la création de plates-formes sûres pour que les éditeurs aient accès à des utilisateurs dans le monde entier. 

Le Play Store a enregistré des revenus de près de 6 000 milliards de wons (4,3 milliards d’euros) en 2019, soit 63 % du marché sud-coréen, selon les données du ministère des Sciences de Séoul. 

La décision de la KFTC intervient dans un contexte particulièrement tendu. En effet, la semaine dernière, une juge américaine a ordonné à Apple de ne plus imposer aux éditeurs d’utiliser son système de paiement pour leurs applications, dans le cadre d’un contentieux l’opposant au développeur américain de jeux vidéo Epic Games. 

De surcroît, deux semaines auparavant, Séoul avait adopté une loi interdisant à Apple et Google de forcer les développeurs d’applications à utiliser leurs systèmes de paiement, déclarant ainsi illégaux leurs lucratifs monopoles sur leurs magasins d’applications respectifs, l’App Store et le Play Store. 

(avec AFP)

Partager cet article

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×