Club Performance publique

Partager

Sopra Steria, l’un des leaders européens du conseil, des services numériques et de l’édition de logiciels, aide l’Etat à mener sa transformation digitale et à obtenir des bénéfices concrets et durables. En mettant véritablement l’accent sur les besoins des citoyens et des organisations, Sopra Steria propose des stratégies réalistes, combinées aux technologies les plus innovantes pour moderniser l’Etat, tout en respectant ses contraintes et son budget.

2 min

Innovation secteur public versus secteur privé

Ces dernières années, la transformation numérique des services de l’État s’est considérablement accélérée. Les initiatives se multiplient dans tous les domaines : hackathons, création de labs, appels à idées, start-up d’État, le site beta.gouv.fr… Et, la séquence qui s’ouvre dans le cadre de la mise en œuvre du plan Action Publique 2022 s’annonce passionnante. Une étape qu’il faudra accompagner pour réussir cette transformation, facteur de progrès et d’économies pour notre pays.

Un terrain propice à l’innovation
La question est souvent posée : existe-t-il une réelle différence dans l’innovation entre les secteurs public et privé ? Dans les deux cas, nous parlons d’Hommes, d’organisations et d’outils. Pourtant, là où l’innovation consiste bien souvent à développer, puis à tester une solution en mettant en production une version bêta, l’administration exige que tout soit sécurisé dès le lancement d’un nouveau service dédié au citoyen. Cette difficulté est-elle pour autant un frein à l’innovation dans ce secteur ? Pas vraiment. Même si des problématiques de concrétisation de certaines initiatives persistent et que les projets sont plus longs à déployer, au final, l’innovation est bien là !

De la même façon et contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’absence de « concurrence » ne limite en rien la transformation. Comme toute organisation, l’administration est soumise à une forte pression économique et à des contraintes de productivité. Il y a donc nécessité pour les services de l’État à se montrer créatifs.  

Inventer de nouveaux modèles pour accompagner la transformation
Ainsi, de nombreuses initiatives voient le jour. Par exemple, l’analyse prédictive s’invite dans la sécurité routière, afin de développer des outils d’aide à la décision pour réduire l’accidentologie. Les douanes s’intéressent actuellement à la blockchain, dans l’objectif de fluidifier leur intervention dans la chaîne logistique complexe dans laquelle elles s’imbriquent. 

Innover est aussi une affaire d’Hommes. Les DSI du secteur public sont volontaires et motivées mais ont cependant besoin d’être accompagnées, notamment sur les aspects de veille technologique et de nouvelles méthodes de travail.  

L’enjeu est désormais de libérer les énergies (et les données !) en préservant l’éthique et la sécurité, afin de faciliter la création d’écosystèmes entre acteurs privés et publics, d’accélérer et de créer de nouveaux services et expériences citoyennes. Il y a tant d’enjeux et de sujets autour du passage à l’échelle de ces transformations qui arrivent (accélération, équilibre entre expérimentation locale et déploiement central, communication et expérience d’usage, nouvelles compétences, mode d’achat, intégration avec les SI existants…) qu’il est essentiel pour l’État de bien les appréhender et de les adresser avec les moyens et partenaires adéquats.  

Simon Marsol, directeur « Excellence IT secteur public » chez Sopra Steria Consulting
simon.marsol@soprasteria.com

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×