Sncf

2 min

Faire face aux effets du réchauffement climatique en Nouvelle Aquitaine : l’indispensable mobilisation des politiques publiques

Faire face aux conséquences du changement climatique, implique un engagement collectif à toutes les échelles territoriales. La Nouvelle Aquitaine doit participer au respect des engagements internationaux et européens pris par la France, et donc mobiliser toutes ses compétences pour préparer une transformation progressive et structurelle de son territoire.

Partager

Les territoires ne sont pas exposés aux mêmes risques climatiques et ne disposent pas de moyens financiers, économiques, humains identiques pour préparer et mettre en œuvre l’adaptation de leurs populations aux changement climatiques. La Région est à présent chef de file des collectivités sur son territoire pour l’exercice de multiples compétences relatives au climat. Dans cette perspective, les instruments de planification tiennent une place primordiale en fixant des objectifs pour prévenir les conséquences néfastes des changements climatiques. L’enjeu est surtout d’accompagner les changements de pratiques des acteurs et de faire évoluer les projets de territoires. Différents instruments juridiques peuvent également servir de levier à l’adaptation pour soutenir l’aménagement des territoires, les transformations économiques et assurer la protection des populations vis-à-vis des risques climatiques. Alors qu’il est établi que nos émissions de GES sont très liées aux modalités d’aménagement du territoire, la politique correspondante est élaborée indépendamment de la politique de lutte contre le changement climatique au niveau national comme au niveau territorial.

La Nouvelle Aquitaine doit continuer de développer des outils de prévention des risques sanitaires, naturels et technologiques pour les populations et chercher à anticiper les conséquences socio-économiques et sanitaires. Il serait par exemple important que les plans régionaux santé-environnement intègrent toutes les dimensions des impacts du changement climatique sur la santé. Par ailleurs, la Région peut contribuer à’atténuer la vulnérabilité de la population face aux phénomènes météorologiques extrêmes en identifiant les zones exposées et mobiisant en conséquence le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET).
Face aux risques climatiques, la protection des populations passe par les choix de localisation de l’habitation, par une maîtrise de l’implantation et par la mise en œuvre de moyens fonciers de gestion de l’occupation du territoire. 
Une approche intégrée dans toutes les politiques publiques des effets des changements climatiques est à présent indispensable. Le rapport  du comité scientifique Acclimaterra dirigé par Hervé Le Treut donne des éléments concrets pour anticiper ses effet et mobiliser les politiques publiques de manière cohérente et efficace à l’échelle de la Région : utilisons le !

Agnès Michelot, Présidente de la Société Française pour le Droit de l'Environnement

 

Articles associés

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×